tablette de cire

tablette de cire (source : wikicommons)

Je suis tombé (pas par hasard, il fait partie de mes flux RSS que je consulte régulièrement) sur l’article de Bruno Devauchelle intitulé « Tablette : passif ! Ordinateur : interactif ? » et j’avoue que j’ai bien aimé son analyse. C’est pourquoi j’en parle ici, pour vous inciter à le lire dans son intégralité.

Je n’ai pas eu entre les mains de tablette du style de l’Ipad. Je me disais en mon fort intérieur que ces tablettes (celle d’Apple ou celles de la concurrence, peu importe ici en l’occurence) pouvaient s’avérer intéressante pour un équipement de classe / d’établissement : encombrement minimum, plus d’autonomie que des ordinateurs portables, pas besoin d’immenses charriots pour les transporter, etc. Je me demandais par contre comment on pouvait écrire et communiquer avec ces engins, sans trop m’attarder davantage sur cette question.

Ce que Bruno Devauchelle dit, c’est que ces tablettes sont des outils plutôt tournés vers la réception et non vers la production et que donc, ils risquent d’inciter les enseignants et les élèves à se cantonner dans dans des postures passives. L’absence de clavier (auquel tout le monde est habitué) ne favorisera pas la communication. Et ce n’est pas le clavier tactile à l’écran qui compensera.

Je ne doute pas de l’engouement que ces tablettes peuvent susciter chez certains enseignants. Le côté pratique peut l’emporter, tout comme le côté « geek » ou nouveauté parfois. On peut faire le parallèle peut-être avec les TBI, même s’il est un peu tôt pour en avoir la certitude. Les TBI ont les faveurs des enseignants : lorsque ces derniers demandent une formation TICE, c’est souvent pour utiliser le TBI (et/ou le vidéoprojecteur), et beaucoup plus rarement des outils de réseaux sociaux pour mettre en place des situations de communication. Ce sotnt les outils qui remettent le moins en cause le mode transmissif de l’enseignement. Donc la réflexion de Bruno Devauchelle n’est pas infondée.

Ce serait un comble qu’à l’heure du web participatif, des réseaux sociaux, ce soit les outils qui favorisent plutôt le modèle transmissif qui s’imposent. Bon, il faut quand même relativiser, tout va dépendre aussi de la façon dont les enseignants appréhendent ces outils. Encore une fois, c’est bel et bien la pédagogie mise en place qui va être déterminante.

*************

Pour lire l’article :

Tablette : passif ! Ordinateur : interactif ?
************

Et juste pour rire, une vidéo qui a circulé il y a quelques temps :

Google+ Comments