Les orphelins du numérique ont besoin de l’école

mai 18, 2015 · Posted in société, tice ta toile 

Assises du numérique 2015 – Grenoble

Je prends du retard sur ce blog. J’ai quelques articles à rédiger, mais je n’arrive pas à prendre le temps qu’il faut. Du coup, ce que je vais rapporter date de mars 2015, il s’agit des propos de Mme Catherine Becchetti-Bizot (Directrice du numérique pour l’éducation) qu’elle a tenu lors des Assises du numérique qui se sont déroulés à l’ESPE et à Canope de Grenoble. Elle est intervenue avec le recteur Daniel Filâtre en ouverture de journée. M. Filâtre a dit souhaiter un choc à l’école pour que le système éducatif prenne en considération ces nouveaux modes d’accès à la connaissance.

Mme Becchetti-Bizot a tordu le cou au concept de digital native (traduit souvent par natif du digital) popularisé par Mark Prenski. Ce concept est un mythe, car ce n’est pas parce un enfant nait dans un univers  numérique qu’il a les compétences pour évoluer dans cet univers. Ceci fait écho aux propos de Marcel Lebrun : nous sommes nés dans un univers où le livre et l’écrit était omniprésent, pour autant, il nous a bien fallu apprendre à lire, et ça s’est fait progressivement. Pourquoi en irait-il différemment pour le numérique ? C’est pourquoi elle préfère la notion de Orphelins du numérique. En effet, si nous laissons les jeunes se débrouiller seuls face au numérique, parce qu’ils seraient plus aptes que nous, nous les laissons en fait sans défense, sans repère dans un vaste monde où il est facile de se perdre.

Cette notion d’orphelins du numérique me semble très pertinente. Et elle plaide pour que l’école prenne à bras le corps l’éducation au numérique. Sinon, le fossé entre ceux qui ont les codes culturels de l’internet (milieux plutôt favorisés) et ceux qui ne les ont pas va s’accroitre. En tant qu’adultes, nous n’avons pas grandi avec le numérique, nous avons en quelque sorte pris le train en route. Par contre, nous avons les codes qui permettent une utilisation raisonnée, pertinente. Sont-ils si différents que ceux d’avant le numérique ?

L’école a le devoir d’accompagner ces orphelins du numérique.

Comments

Leave a Reply




%d blogueurs aiment cette page :