Le travail personnel des élèves : quelques réflexions

juillet 11, 2016 · Posted in Ma veille 

Le Dossier de veille de l’IFE que je viens de publier (n°111) porte sur la question du travail personnel de l’élève, que l’on réduit souvent aux « devoirs à la maison », mais qui est bien plus large que ça. Sinon, autant dire que les élèves ne travaillent pas en classe ou à l’école. C’est d’ailleurs intéressant de se poser la question de savoir pourquoi on pense uniquement aux « devoirs à la maison » : ça fait écho à ce qui se dit très souvent en conseil de classe, où l’élève qui ne réussit pas est renvoyé à son manque de travail, comme si cela relevait uniquement de sa responsabilité.

Ce Dossier fait le point sur ce que dit la recherche sur le travail personnel de l’élève, qui commence en classe, pendant le cours, mais aussi à la fin du cours : il ne suffit pas de noter ses devoirs dans son agenda, encore faut-il donner des billes pour que les élèves puissent faire le lien entre ce qui est demandé et ce qui a été fait en classe, et que ce travail lui permette de mobiliser ses savoirs et les réactiver. Or les recherches sont très explicites : ce lien est tout sauf évident pour les élèves.

La question des aides diverses qui sont proposées aux élèves est aussi abordée : aide aux devoirs, périscolaire, associations extérieures, parents, etc. La solution pour une plus grande efficacité de ses aides serait de la réinternaliser au niveau des établissements, mais tout un écosystème s’est créé qui a aussi sa raison d’être, la question qui reste est donc celle de l’articulation entre ces aides et le travail en classe, question pour le moins compliquée.

Le Dossier se trouve ci-dessous, ainsi que son résumé et tous les liens utiles. N’hésitez pas à le télécharger et à la faire circuler.

Thibert Rémi (2013). Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs. Dossier d’actualité Veille et Analyse, n° 84. Lyon: IFE – ENS de Lyon. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=84&lang=fr

Résumé :

Il est très compliqué d’appréhender la réalité du travail personnel des élèves, surtout depuis son externalisation dans le courant du XXe siècle, reportant dans les familles le temps d’étude qui avait lieu auparavant dans les écoles. Aujourd’hui, les devoirs écrits se font essentiellement à la maison, malgré leur interdiction en primaire et les résultats de recherches qui ont montré l’absence d’effets de ces pratiques sur les apprentissages.
Si ces devoirs persistent, c’est qu’ils répondent à d’autres attentes, sociales et non pas didactiques. La question qui devient chaque année plus pressante porte sur l’articulation entre le travail en classe et ce travail demandé pour la classe hors la classe. Or les acteurs chargés d’organiser ce temps de travail personnel sont nombreux : que ce soit dans le périscolaire, avec les études ou l’aide aux devoirs, qui ont lieu au sein des établissements, ou que ce soit à l’extérieur de l’école, grâce à des associations, des centres sociaux, des médiathèques ou encore le milieu familial, sans compter les acteurs économiques privés qui proposent des cours particuliers, des remédiations, etc.
Si ces accompagnements sont juxtaposés et sans lien, le risque est que ceci ne serve à rien, en tout cas pas aux élèves les plus en difficulté.
Il convient donc de penser différemment ces dispositifs d’aide, de penser leur articulation et leurs périmètres, toujours en lien avec ce qui se fait à l’école. Cela nécessite aussi de penser collectivement dans les établissements la question de l’aide au travail personnel.
Ce dossier de veille tente de faire le point sur le travail personnel de l’élève pour la classe hors la classe, en posant la question de l’engagement des élèves dans leurs apprentissages. En effet, pour que le travail personnel hors la classe existe, il faut qu’il soit pensé et commencé au sein même de la classe.

Comments

Leave a Reply




%d blogueurs aiment cette page :