A propos du leadership des enseignants…

février 5, 2016 · Posted in éducation, Leadership pédagogique, Ma veille · Comment 

Je suis intervenu cette semaine pour une journée des coordonnateurs MLDS dans l’académie de Lyon, pour y présenter mon dossier sur le décrochage scolaire. J’ai aussi été amené à jouer le rôle de « grand témoin » de la journée. Oui, celui qui est censé avoir une approche meta, distanciée de ce qui a pu être dit pendant la journée, et qui doit montrer qu’il est capable de faire des ponts entre différents points de vue. Je me suis prêté au jeu, mais ça fera peut-être l’objet d’un autre article.

Mais dans cette intervention finale, j’ai effectivement fait le lien avec le dernier dossier que j’ai co-rédigé avec ma collègue Catherine Reverdy, sur « le leadership des enseignants au coeur de l’établissement ». Et je me suis aperçu que je ne l’avais pas encore mentionné dans ce blog. Je rattrape donc le coup. Vous trouverez donc ci-dessous le résumé du dossier et la version pdf en ligne.

Le choix a été fait de conserver le terme de « leadership » dont aucune traduction française n’est vraiment satisfaisante. On y cause de tous ces « nouveaux métiers » ou « intermétiers » que l’on voit apparaitre dans nos établissements, et qui vont au-delà du coeur de métier des enseignants, à savoir l’enseignement disciplinaire face à une classe. Je ne suis plus devant élèves depuis 8 ans maintenant, depuis que j’ai rejoint l’INRP, devenu ensuite l’IFE (Institut français de l’éducation), mais j’aurais aimé pouvoir évoluer vers ces postes différents, qui permettent une autre approche des élèves, une autre façon de concevoir l’enseignement et de voir différemment le système éducatif.

Tous les détails ci-dessous !

Reverdy Catherine, Thibert Rémi (2015) . Le leadership des enseignants au coeur de l’établissement . Dossier de veille de l’IFÉ, n°104

Article de blog : Les enseignants, le collectif… et le leadership

Le résumé :

« Il est admis que l’échelon essentiel du changement en éducation est l’établissement scolaire. Après s’être intéressé à l’« effet professeur » et l’« effet établissement », sans arriver pour ce dernier à déterminer précisément ce qui relève de l’« effet chef d’établissement », la recherche reconnaît que c’est au niveau du collectif que cela se joue. Les pratiques de leadership des chefs d’établissement sont interrogées, mais aussi le rôle que les enseignants y jouent : tous sont susceptibles d’exercer un leadership au sein de l’établissement, auprès de leurs élèves, auprès de leurs collègues et auprès de l’ensemble de la communauté éducative, au sein et au-delà de l’établissement. Leur rôle apparaît comme indispensable dans la mise en œuvre des réformes éducatives, mais il peut être vécu comme un renforcement de la ligne hiérarchique avec la création d’échelons intermédiaires. Pour autant, les formations au leadership ont des effets positifs, et en premier lieu sur les enseignants (empowerment, confiance en soi, développement professionnel, etc.).

Ce dossier de veille aborde cette évolution vers des enseignants leaders, avant d’analyser les positions formelles de leadership, qui sont souvent bien ancrées et repérables, et de passer à des pratiques de leadership plus informelles, plus diffuses, qui sont considérées comment étant plus pertinentes et efficaces en ce qui concerne la réussite des élèves. La mise en place de communautés d’apprentissage et d’organisation apprenante ne va pas nécessairement de soi et implique un changement de culture professionnelle, qui n’est pas évident à mettre en place. »

http://www.slideshare.net/rthibert/dossier-de-veille-104

Interactions entre pédagogie et numérique – intervention à Reims

avril 28, 2015 · Posted in tice ta toile · Comment 

J’ai été invité à parler à un colloque sur le numérique à Reims, organisé par le GIP Formation continue, l’ESPE et l’Université de Reims Champagne-Ardennes, intitulé « Apprendre et réussir avec le numérique : Quelles transformations du métier d’enseignant, de formateur ?« .

Mon intervention a introduit la journée avant une présentation de la Classe inversée faite par Marcel Lebrun que j’ai eu le plaisir de croiser IRL pour la première fois. Divers ateliers ont ensuite été proposés, avant une conférence de cloture de Bruno Devauchelle (en visio-conférence).

J’ai repris en partie mon intervention faite à l’ESEN il y a quelques mois, en y ajoutant des éléments relatifs à l’empowerment, qui a notamment été traité lors des journées d’étude de Éducation et Devenir qui se sont déroulées à Lyon en mars 2015 (merci à Annie Feyfant pour ses notes ici, ici et ici). Mon diaporama est disponible ci-dessous.

2015 04-16-reims-nume?rique-jeunesse-empowerment from Rémi Thibert

Article de Bruno Devauchelle sur les fractures numériques cognitives

décembre 3, 2014 · Posted in société, tice ta toile · Comment 

Bruno Devauchelle a publié sur le site du Café pédagogique un article intitulé « Peut-on sortir des fractures numériques cognitives ?« . Je me permets de le reproduire ici (avec l’aimable autorisation de Bruno, que je remercie) car il fait écho à mes préoccupations sur le fossé culturel qui se creuse en ce qui concerne le (voir à ce sujet l’article de Internet Actu « Perdre son temps : la nouvelle fracture numérique« ).

Voici quelques extraits de l’article que je vous recommande de lire et mes commentaires :

 le numérique redonne de l’importance à l’image et au son, qui viennent compléter l’écrit.

« Le numérique augmente encore fortement cet accès aux savoirs en élargissant notablement l’espace de recherche, mais aussi en ajoutant à l’écrit les dimensions apportées par l’image, le son, l’animation, la vidéo. A la différence de l’écrit, l’image, le son, etc., sont accessibles d’une manière apparemment beaucoup plus simple et directe. Autrement dit l’accès à ces éléments est beaucoup plus immédiat que l’accès à l’écrit. On retrouve avec le multimédia ce qui a fait le succès des autres modes de transfert d’information, l’oral, l’image. Cette immédiateté est très séduisante, attirante pour celui qui lit peu ou pas. C’est probablement un des facteurs qui amènent le succès des écrans dans la population. Cela n’a pas supprimé l’écrit (Twitter, Facebook, sms…), mais cela l’a amené à ne plus être quasiment exclusif dans le cheminement vers les savoirs.  Mais si l’accès aux savoirs semble plus facile avec le multimédia en ligne, le passage du décodage à la compréhension reste difficile. L’information et la communication multimodales sont beaucoup plus complexes. C’est, semble-t-il, dans cette direction que se développent de nouvelles fractures liées aux usages du numérique. Ces nouvelles formes d’inégalités viennent renforcer les inégalités traditionnelles. »

Ensuite sont abordés les concepts d’ et de capabilité pour expliquer le potentiel que tout un chacun a de dépasser sa condition initiale et ne pas devenir « esclave du numérique ». J’ai abordé cette notion de l’empowerment dans deux précédents articles (ici et ici)

« Pour le dire plus simplement, il y a chez chaque humain un potentiel de dépassement de sa condition initiale. Cette vision assez individualiste, voire libérale pour certains, est le signe de la possibilité qu’il y a de ne pas être « esclave du numérique ». Ce discours donne espoir à l’éducateur confronté à des jeunes instrumentalisés parfois par les écrans. Mais comment concrétiser cet espoir au quotidien ? Certains proposent la notion d’engagement (pas au sens commun du terme). Ce terme qui recouvre un processus plutôt qu’un état, signifie « la capacité de quelqu’un à ne pas subir, mais, là aussi dépasser, ce qui est prévu pour lui ». Rendre possible « l’engagement » serait donc la première mission de l’éducateur. Travailler cette notion d’engagement est un vrai chantier pour des enseignants, des éducateurs, alors que la forme scolaire semble être un frein »

Liens :

Intervention ESEN 2014 – Le numérique en question

novembre 21, 2014 · Posted in tice ta toile · Comment 

Les présentations du colloque de l’ESEN « Le numérique en question » ont été filmées et sont accessibles en ligne. Je suis intervenu avec Eddie Playfair pour parler des interactions entre pédagogie et numérique. Je reproduis ci-dessous mon intervention  « Le numérique à l’école pour donner du pouvoir d’agir » suivie de celle de Eddie Playfair.

Empowerment : kezako ?

octobre 26, 2014 · Posted in Ma veille, société · Comment 

Pour le colloque de l’ESEN (Le numérique en question), j’ai parlé de mon dossier sur le numérique à l’école, mais comme il date d’il y a deux ans, j’ai souhaité aller un peu plus loin, et je me suis aventuré sur le chemin de l’, terme que j’avais repéré déjà ici ou là, mais qui me semblait un peu compliqué à comprendre. Du coup, j’ai un peu creusé, et je livre ci-dessous des extraits tirés de quatre pages web. C’est une extraction de mes signets que je sauvegarde sur Diigo.

Ce que j’en retiens, c’est que le terme est difficilement traduisible en français, car aucune traduction ne rend compte de toutes les dimensions de l’empowerment. Le terme le plus proche du sens anglais serait « pouvoir d’agir« .

J’ai remarqué que ce concept était fréquemment dénoncé comme étant d’essence néo-libérale. Pourtant ce n’est pas forcément ce que j’en retiens. Le terme vient des mouvements d’émancipation de groupes minoritaires, notamment aux États-Unis : les noirs, les femmes. L’empowerment était invoqué pour aider ces groupes à s’émanciper collectivement plutôt que d’attendre que le pouvoir en place leur vienne en aide. L’idée de collectif était essentielle, et était liée à l’émancipation individuelle aussi. Autrement dit, l’émancipation individuelle passe par une lutte collective.

Cette idée a nourri aussi les luttes syndicales du XXè siècle et a été reprise par les mouvements d’éducation populaire.

La notion d’empowerment revient au goût du jour. Le discours néo-libéral la reprend volontiers à son compte, mais pour mettre en avant la responsabilité individuelle de chacun. C’est une vision bien restrictive de l’empowerment. Je préfère de loin la définition originale, et je pense qu’elle peut s’accorder avec des nouvelles pratiques numériques. Ça ouvre des perspectives pour une approche pédagogique renouvelée du numérique.

Vous trouverez ci-dessous des extraits de mes lectures (c’est une publication automatique depuis Diigo, ce qui explique la mise en page sommaire). Mais bien entendu, je vous invite à aller lire les articles à la source (en suivant les liens donnés) Read more